2ème Mission Enseignement échographie au Rwanda – Février 2014

L’imagerie diagnostique au Rwanda est encore peu développée, il y a actuellement 7 médecins radiologues, exerçant tous à Kigali la capitale, uniquement dans les hôpitaux. Le programme de santé a favorisé ces dernières années l’installation d’échographes dans les hôpitaux et centres de santé des provinces, pour la surveillance des grossesses. L’existence de cette infrastructure matérielle nous a donné l’idée de cette formation généraliste. Le cours d’échographie est organisé en collaboration avec le Dr Etienne Uwimana (président de la société de radiologie du Rwanda) et le ministère de la santé. Il concerne préférentiellement   les médecins généralistes, quelques spécialistes (chirurgiens, pédiatres) l’ont également suivi ainsi qu’un manipulateur qui est spécialisé en échographie, au total une trentaine de participants. Le but est de former ces médecins pour qu’ils puissent réaliser des échographies dans les pathologies les plus rencontrées et orienter ainsi les patients vers un centre plus spécialisé lorsque c’est nécessaire. La demande pédiatrique est importante.

Le cours dure une semaine, il se fait en français, le temps est partagé entre formation théorique les matins et pratique l’après-midi utilisant les échographes de l’hôpital dans lequel nous sommes. La formation théorique a comporté quelques bases générales (généralités sur l’échographie, comment réaliser un examen, les images normales, les pièges..) puis des cours de pathologie reposant surtout sur des cas cliniques (pathologie abdominale et pelvienne, ETF ). Cette année nous étions à Rwamagana, hôpital de province à environ 60 kms de Kigali. Chaque participant a pu manipuler et réaliser quelques échographies sur les patients de l ‘hôpital avec notre aide.

Les participants sont enthousiastes et impliqués, chaque matin un volontaire résume la journée de la veille. Le besoin est immense, leurs moyens encore limités. Cette semaine, appréciée par les participants, a été pour nous très enrichissante au plan humain et médical. Nos cours doivent s’adapter à la pathologie locale, situations cliniques toujours beaucoup plus évoluées que ce que nous connaissons en France et insister sur le côté pratique. Nous prévoyons de contacter les participants pour évaluer leur pratique et leurs besoins à distance de cette formation initiale.

Dernière mise à jour du contenu le: